Projections

Mardi 6 novembre 2018 14h30
La Riche – La Pléiade – 5,50 €  – 4 € tarif réduit (- de 14 ans et groupes)
Sofia
De Meryem Benm’Barek
Avec Maha Alemi, Lubna Azabal, Sarah Perles…
Sofia, 20 ans, vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. L’hôpital lui laisse 24h pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités…

Mardi 6 novembre 2018 – 20 h 30
Chinon – Cinéma Rabelais – 5,50€
Wallay de Berni Goldblat
Ady, franco-burkinabè, 13 ans, n’écoute plus son père qui l’élève seul. Ce dernier décide de le confier, le temps d’un été, à son oncle Amadou au Burkina Faso… Là-bas à 13 ans on se doit de devenir un homme et Ady, persuadé de partir en vacances, ne l’entend pas de cette oreille…
Ce film pétillant qui retrace une quête identitaire pour un jeune issu de deux cultures évoque la diversité culturelle à travers des yeux d’enfant. Cette fiction a reçu de nombreuses récompenses à l’international dont le Prix du jeune comédien pour Makan Nathan Diarra héros de ce film.

Mercredi 7 novembre 2018 –  20 h 30 
Ciné Club : hommage à Paulin Soumanou Vieyra
Loches –  Cinéma Royal Vigny – 7.8 € & 6.3 € (adhérents)
Partenariat avec le lycée Alfred de Vigny (option cinéma/audiovisuel) et le Ciné Club de Loches,  avec la participation de Catherine Ruelle, journaliste spécialiste du cinéma africain ; elle a créé et animé l’émission Cinémas d’aujourd’hui, Cinémas sans frontières de 1982 à 2012 sur RFI
Réalisateur, critique, écrivain, historien sénégalais, Paulin Soulanou Vieyra, a réalisé une trentaine de documentaires et un seul long métrage :  En résidence surveillée entre 1955 et 1981. Premier Africain diplômé de l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC), aujourd’hui (FEMIS), il tourne en 1955 Afrique-sur-Seine, film culte qui marque les débuts du cinéma africain.
Trois courts métrages seront présentés  en présence de PSV-film :
LAMB – 18mn
La lutte traditionnelle qui se dénomme Lamb en wolof et qui rappelle la lutte gréco-romaine, est un sport national très prisé au Sénégal. Elle a des règles particulières et très strictes. Chaque spectateur peut parier sur son lutteur favori dans une ambiance festive. L’arène de Dakar sert d’écrin aux combats dans le film.
IBA NDIAYE – 16 mn
Au cours d’un entretien avec le cinéaste Paulin Vieyra, le peintre Iba Ndiaye évoque les grandes époques de sa vie. de son enfance et de ses études au Sénégal à la France où il choisit de s’établir. Zadkine devient alors son professeur. La nature africaine et ses vastes horizons restent cependant sa principale source d’inspiration. Iba Ndiaye, décédé en 2008 à Paris a exposé ses œuvres aux quatre coins du monde.
MOL – 27mn
Un jeune pécheur rêve de motoriser sa barque pour faciliter son travail. Ce rêve deviendra réalité, grâce à son courage et à son obstination, mais suscitera un conflit entre les valeurs traditionnelles et la notion moderne de progrès.

Dimanche 11 novembre 2018  – 18 h 30
Loches – Cinéma Royal Vigny
Rafiki de  Wanuri Kahiu 7.8 €
Inspiré du livre Jambula Tree, écrit par Monica Arac de Nyeko, ce film a reçu le prix Caine 2007. Deux jeunes femmes se rencontrent, deviennent amies et tombent amoureuses l’une de l’autre. Confrontées aux préjugés de leurs parents et de leurs voisins, à Nairobi, elles vont devoir choisir entre amour et sécurité́…

Lundi 12 novembre 2018  – 20 h 30
Loches – Cinéma Royal Vigny – 7.8 €
Fahavalo, Madagascar 1947, un film de Marie Clémence Andriamonta Paes  –
La grande histoire de l’insurrection de 1947 est racontée par des témoins des évènements : soldats rebelles, mères de famille, ont gardé en mémoire des faits précis qui continuent de les hanter. Parfois aussi les voix de certains protagonistes ont été enregistrées par la radio et viennent tout comme la musique de Régis Gizavo, apporter un contrepoint aux images d’archives inédites photographiées et filmées dans les années 40 à Madagascar. Ce voyage dans le passé est éclairé par les séquences filmées aujourd’hui dans les villages où se sont déroulés les faits.

Mardi 13 novembre 2018  – 20h30
Langeais – Espace Jean-Hugues Anglade – entrée libre
Les Himbas font leur cinéma  un film réalisé par l’ethnologue Solenn Bardet avec les communautés Himbas d’Omuhonga et d’Epupa.
Las d’être filmés par les caméras du monde entier sans jamais avoir leur mot à dire, une vingtaine de Himbas de Namibie décident de se mettre en scène pour la caméra : cérémonies et relations aux ancêtres, secrets de beauté et dangers de la modernité, recettes de cuisine…Avec humour et sensibilité, les Himbas nous font découvrir leur monde !
Débat/rencontre avec Simon Hureau co-auteur avec Solenn Bardet, d’un carnet de voyage  Rouge Himba  Une exposition réalisée à partir de l’ouvrage sera installée à la bibliothèque.

Vendredi 16 novembre 2018  -19h
La Riche – Médiathèque – entrée libre
ASMA documentaire d’ Olivia Casari, Kalian Lo et Dominique Casari
 en parallèle du vernissage de l’ exposition Espoir. A l’origine de ce film, il y a la rencontre de Dominique, bénévole, et de ses élèves, de jeunes soudanais réfugiés désireux d’apprendre le français. Très vite, des liens se créent, une réalité se dévoile – l’urgence d’informer sur leurs parcours de vie et leurs conditions d’accueil en France s’impose comme une évidence.

Mardi 20 novembre 2018  –
Château-Renault – Cinéma Le Balzac  – de 4 à 7.40 € – 20h30
Yomeddine de A. B. Shawsky
Beshay, lépreux « guéri de la maladie mais pas des cicatrices », quitte la léproserie où il vit depuis l’enfance, en plein désert, pour retrouver sa famille. Le réalisateur choisit de placer au centre de l’attention ce corps et ce visage ruinés par la maladie. Il fait de Beshay un héros et un sage, alors que ce survivant défiguré doit sans cesse se justifier de paraître et d’exister : « Je suis un être humain », « Je ne suis pas contagieux », « Je ne suis pas un monstre »…  L’ombre d’Elephant Man plane alors, un instant.

Samedi 24 novembre 2018  – 14 h 30
Film franco-marocain
Amboise – Médiathèque – entrée libre
Ali, Kwita, Omar et Boubker sont des enfants des rues de Casablanca. Au-delà de tous les problèmes quotidiens de survie, une amitié indéfectible les lie. Quand Ali est tué dans une bagarre entre bandes rivales, ses trois copains n’ont plus qu’un seul but, lui offrir l’enterrement qu’il mérite. Réservé aux adultes – sur inscription

Ouaga Girls de Theresa Traoré Dahlberg
Dimanche 25 novembre 2018 – 16 h
St Maure de Touraine – Salle Patrice Leconte – €
Séance précédée de lectures de textes d’auteurs africains à 15 h
Bien décidées à devenir mécaniciennes, Bintou, Chantale et Dina apprennent le métier à Ouagadougou. Au programme ? Etincelles sous le capot, mains dans le cambouis et surtout, bouleversements joyeux des préjugés : aucun métier ne devrait être interdit aux femmes ! Quoi ?! Des nanas qui font de la mécanique ?! Impossible (n’est pas OUAGA) !

Ouaga Girls de Theresa Traoré Dahlberg
Mercredi 28 novembre 2018  – 20 h 30
Richelieu – Cinéma le Majestic – 6€
Bien décidées à devenir mécaniciennes, Bintou, Chantale et Dina apprennent le métier à Ouagadougou. Au programme ? Etincelles sous le capot, mains dans le cambouis et surtout, bouleversements joyeux des préjugés : aucun métier ne devrait être interdit aux femmes ! Quoi ?! Des nanas qui font de la mécanique ?! Impossible (n’est pas OUAGA) !

Jeudi 29 novembre 2018  – 19 h 45
Tours – CNP – Cinémas Studio – 4,50 € ou 3,50 € (abonnés)
Sauvages au cœur des zoos humains  – documentaire de Pascal Blanchard et Bruno Victor-Pujebet raconté par Abd Al Malik
De 1810 à 1940, des hommes, femmes et enfants ont été exhibés au même titre que des animaux en Europe, Amérique et Japon. Considérés comme des attractions, dans le cadre d’expositions universelles ou coloniales, de zoos, de cirques ou de villages indigènes reconstitués, 35 000 figurants ont ainsi été exposés devant 1 milliard deux cent millions de visiteurs. Ces « spectacles » ont ainsi forgé les imaginaires et les regards occidentaux sur l’Autre dans un contexte de développement des Empires coloniaux et de discours de hiérarchie des races. Il est important de comprendre ce passé pour déconstruire ces idées reçues.
Déconstruire les idées reçues sur l’Autre pour dépasser les traumas de l’histoire.
Débat animé par Felwine Sarr

Jeudi 29 novembre 2018  – 18 h & 20h30
Présentation de 5 courts métrages sur les Touaregs et la Cie Méhariste
Langeais – Espace Jean-Hugues Anglade – entrée libre 

Mercredi 5 décembre  2018 – 14h30
Séance cinéma jeune public : film surprise
La Riche – Médiathèque

Mercredi 5 décembre 2018  – 20 h 30
Frontières d’Apolline Traoré. (Burkina faso)
Richelieu – Cinéma le Majestic – 6 €
Ce road-movie au féminin pluriel a reçu le prix Cedeao du meilleur film ouest-africain sur l’intégration, le prix Félix Houphouët-Boigny et le prix Paul Robeson
Adjara, Emma et Sali se rencontrent dans un bus sur le trajet Bamako, Cotonou via Ouagadougou. Le voyage est un parcours de combattants entre pannes de voitures, coupeurs de routes et vols entre passagers. Mais leur pire cauchemar reste le franchissement des frontières où elles sont exposées à la corruption, aux violences faites aux femmes et au trafic.